Déc

2

Charles Walton, le créateur du RFID, est décédé le 6 novembre dernier à l’âge de 89 ans. Il laisse derrière lui une technologie d’importance qui a rendu beaucoup de choses possibles, dont le Near Field Communication (NFC) en voie de démocratisation.

Ce n’est que cette semaine que le décès de Charles Walton, survenu depuis près d’un mois, a été évoqué dans la presse. Plus discret que d’autres personnalités du hi-tech récemment disparues – et la liste est malheureusement longue – cet ingénieur qui a, comme beaucoup, commencé sa carrière chez IBM dans les années 60, a néanmoins apporté une technologie majeure très utilisée aujourd’hui, à savoir le RFID (Radio Frequency IDentification) aujourd’hui utilisé dans les cartes d’accès, les puces des animaux domestiques, les objets connectés… mais également dans la technologie de paiement sans contact, également appelée NFC.

Malgré cet apport majeur, Charles Walton n’a pas gagné beaucoup d’argent grâce à son invention, qui n’avait pas convaincu le comité de direction de General Motors auquel il l’avait présentée dans les années 70. La création de la version numérique du RFID dans le courant des années 80 lui apporte plus de popularité, mais les brevets , déposés à partir de 1983, tombent dans le domaine public 17 ans plus tard, et leur exploitation cesse de lui rapporter de l’argent. Paradoxalement, c’est dans les années 90 que l’usage de la technologie commence à se démocratiser.

Charles Walton laisse un héritage conséquent au hi-tech : selon le cabinet ABI Research, le marché du RFID devrait générer un bénéfice de 6 milliards de dollars cette année. Il rejoint John McCarthySteve JobsDennis Richie ou encore Paul Baran au sein de la triste liste des personnalités IT disparues en 2011.

Source

Rss Feed Tweeter button Facebook button Technorati button Reddit button Myspace button Linkedin button Webonews button Delicious button Digg button Flickr button Stumbleupon button Newsvine button Youtube button